A propos d’Ekimeli

Ekimeli signifie „refuge“ en lingala, la langue principalement parlée en République Démocratique du Congo. Notre ONG a été fondée en 2013 par Brigitte Wickart et Laura Münger dans le but d’apporter un soutien à la population de Kasangulu. Kasangulu est une ville de 28’000 habitants dans la région du Bas-Congo, à 25km de Kinshasa, ville capitale de la RDC. Au cours des dernières années, nous avons pu réaliser notre premier projet, la construction d’un bâtiment scolaire pour les élèves de Kasangulu.

Comment Ekimeli a été créée ?

« Lors d’une visite dans ma ville natale, j’ai fait connaissance avec une directrice d’école et sa classe d’élèves. Malgré la situation défavorisée au niveau de l’infrastructure et du mobilier scolaire, j’ai vu la volonté et l’envie d’apprendre dans les yeux brillants des enfants.  C’est à ce moment-là que j’ai décidé de vouloir aider et leur permettre de suivre cette volonté dans un cadre adapté et qui puisse répondre à leurs besoins. » Brigitte Wickart, présidente de l’ONG Ekimeli

La présidente Brigitte Wickart et son mari Jean Wickart ont hérité d’un grand terrain à Kasangulu sur lequel ladite directrice avait pris l’initiative de mettre en place une école en tôle pour y enseigner les élèves des alentours. Le couple a alors décidé d’y construire une école plus adapté aux besoins de tous afin d’améliorer les conditions de scolarisation ainsi pour les élèves que pour les enseignants. L’école d’Ekimeli a ouvert ses portes en août 2015 et accueille actuellement plus de 300 élèves. 

Comment pouvons-nous nous assurer que votre argent arrive sur place?

Contrairement à de nombreux projets d’ONG, Ekimeli a un superviseur sur place. Jean Wickart, le mari de Brigitte Wickart, suit l’école sur place et s’assure que toutes les exigences légales soient respectées et que l’argent soit affecté à des fins concrets et définis par les membres de l’ONG. Chaque année, nous remettons aux donateurs un rapport annuel avec un compte rendu de toutes nos activités et un bilan des recettes et des dépenses.  

Pourquoi l’école dépend-elle encore de fonds étrangers ?

Actuellement, les parents ayants les moyens paient des frais scolaires, ce qui permet une subvention croisée pour les enfants non privilégiés. Ces frais scolaires couvrent également les salaires des enseignants et les dépenses pour le matériel scolaire. 

Cependant, l’école ne dispose actuellement d’aucun budget pour des réparations, l’amélioration des installations sanitaires ou encore la purification de l’eau. Par conséquent, l’école d’Ekimeli dépend encore aujourd’hui de fonds étrangers pour la réalisation de tels projets. L’objectif à long terme est néanmoins de rendre l’école totalement autonome, c’est-à-dire sans aucune dépendance de l’aide de l’extérieur.